Certes sa voix a moins de grain que celle de Barack Obama, le Crooner de la politique américaine, capable de faire son bilan en musique dans le Late Show de Jimmy Fallon, il n’en demeure pas moins que Paris Match définit Emmanuel Macron comme notre « Crooner de la politique Française ». Si tant il est vrai que Nicolas Sarkozy avait la « Crooner attitude », avec ses Ray Ban, sur le yacht de Vincent Bolloré, Emmanuel Macron porte très bien le costume et, aux dires de Bruno Jeudy de Paris Match, il aurait « peu de voix, peu de paroles, mais une façon efficace d’embrasser le micro ».

Dans son article, le journaliste semble à première vue méconnaître les talents du Crooner versus Dean Martin ou Michael Bublé mais en fait il n’en est rien : « peu de voix mais une façon efficace d’embrasser le micro » c’est ce que l’on reprochait au premier des Crooners Français historiques, le magnifique Jean Sablon, dans les années 30.

Jean Sablon, comme Emmanuel Macron aujourd’hui, avait compris que le micro (nouvelle invention de l’époque) pouvait permettre à l’artiste de « flirter » avec son audience en jouant du micro et en susurrant, plutôt que de forcer la voix. C’est ainsi que les journalistes français et acerbes de l’époque n’hésitaient pas à qualifier Jean Sablon de « Petit qu’à le son court ».

Il deviendra par la suite l’un des plus grands séducteurs de la radio et du disque, un destin que l’on ne peut que souhaiter au Crooner Emmanuel Macron, non sans oublier de lui rappeler que si par aventure il était élu, il ne faudrait jamais qu’il oublie de moderniser le média Radio en France et d’encourager l’actuel déploiement de la Radio Numérique Terrestre, hertzienne, libre et gratuite, en remplacement de l’ancienne FM.

Jean-Baptiste TUZET