Stacey Kent ce soir dans le Grand Hôtel de Crooner Radio

L’artiste international Stacey Kent sera ce soir au micro de Jean-Baptiste TUZET

Stacey Kent est la très joyeuse et passionnée invitée de Grand Hôtel, le talk-show (18h-19h) de Crooner radio, à l’occasion de la promotion de son nouvel album symphonique « I know I dream » (Sony), luxueux projet musical qui a déclenché la rencontre.

Une belle rencontre avec Stacey, en compagnie de son Mari Jim Tomlinson, excellent saxophoniste et arrangeur et très certainement un important promoteur de sa carrière.

C’est avec beaucoup de jovialité que Stacey, après l’interview a prêté sa jolie voix pour enregistrer une série de jingles annonces pour la radio. Beaucoup de réminiscences également à un passé musical riche des grands classiques, inspiré par une culture familiale…

Stacey Kent a une tendance glamour chic mais elle vient du jazz, flashback sur sa carrière :

L’artiste enregistre son premier album « Close Your Eyes » en 1997; Puis remporte, seulement 4 années plus tard et durant deux années consécutives, le prix de meilleure vocaliste aux British Jazz Award et BBC Jazz Award (respectivement en 2001 et 2002).

Très attachée à la France, elle remporte en 2006 et 2007 deux disques d’or pour ses albums « The Boy Next Door » et « Breakfast on the Morning Tram », puis nous offre une succession de chansons francophones en 2010 dans l’album « Raconte-moi ».

Le tout lui vaudra d’être décorée (par la ministre française de la Culture de l’époque Christine Albanel) de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2009.
De 2013 à 2015, elle développe son talent en s’intéressant à la musique brésilienne, et plus particulièrement la bossa nova.

Dans le nouvel album symphonique de Stacey Kent, « I Know I Dream, The Orchestral Sessions », l’artiste revient au style glamour et jazzy avec un grand orchestre de 70 musiciens et une robe du soir photographiée dans un grand hôtel. Un régal pour Crooner qui aime tellement quand les « Rolls Royce » du monde du jazz flirtent avec la grande variété internationale.

Dans les années 50-60 les artistes jazzy aux belles pochettes vinyle avaient pour nom Stan Kenton ou Kay Starr et la très moderne Stacey KENT, jeans et cheveux courts à la Jean Seberg dans le film « A bout de Souffle », a très sûrement cette culture du beau et cette esthétique du design des années 50.

Beaucoup de ses albums, de « The changing lights » à « Breakfast on the morning Tram » ont cette tonalité chatoyante moderniste des belles pochettes d’albums jazz des années 60.

Ce magnifique « Grand Hôtel » sera multi diffusé et disponible en podcast.

L’émission maintenant en Podcast