Elvis Presley2022-06-23T16:16:45+02:00
  • img-biographie-elvis-presley-the-king-rock-discographie-colonel-parker

Elvis Presley

Découvrez la biographie d’Elvis Presley et ses plus grands succès

Elvis Presley est né le 8 janvier 1935 à Tupelo dans le Mississippi. C’est un chanteur et acteur américain.

Memphis, Tennessee, par une chaude soirée d’été, sur les ondes de la radio WHBQ, un disque passe en boucle depuis quelques heures : un type inconnu, annoncé sous le nom d’Elvis Presley, chante « That’s allright mama » : ce soir-là, John devait tranquillement flirter avec Betty, dans l’Oldsmobile emprunté à papa, sur une ritournelle de Perry Como… Ce soir-là, au rythme d’Elvis, ils vont danser et pousser très loin le flirt…

Elvis, le début

C’est dans les studios du label « Sun Records » (qui deviendront célèbres grâce à Elvis) qu’il enregistra son premier titre en 1953 : « My Hapiness« . Quel gentil garçon ! The King avait comme but, en allant au studio, d’offrir le titre sur un vinyle à sa mère.

Rapidement, Elvis enchaine les auditions, en se faisant constamment refouler, il lui était souvent répété qu’il ne savait pas chanter. Jusqu’au jour où par magie, un 5 juillet 1954, Elvis, accompagné d’autres musiciens, reprend « That’s All Right« . Quelques jours plus tard, Dewey Phillips (un célèbre Dj originaire de Memphis) joue la reprise sur son émission « Red, Hot and Blue » : Elvis commence tout juste à se faire connaitre.

Elvis devient une star internationale courant 1957. Pour que vous visualisiez sa notoriété, ses titres étaient gravés sur des plaques radiographiques et revendu des fortunes en Russie, de manière illégale. Le tournant dans sa carrière a été la sortie des titres et du film « Jailhouse rock ».

Jailhouse Rock a été créé par Elvis Presley en 1957 sous le label RCA à l’occasion de la sortie du film du même nom « Jailhouse rock » (« le rock du bagne »), film de Richard Thorpe. Le magazine Rolling Stone consacrera cette chanson comme la 67ᵉ chanson de tous les temps au début des années 2000. Le scénario de ce film, racontant la destinée d’un prisonnier qui devient chanteur à sa sortie de prison, fait quelque peu penser à l’histoire du mythique chanteur de country et de rock Johnny Cash…

Serait-ce la fin de l’époque des Crooners ?

Non, le début seulement, car Elvis Presley, une fois au sommet, va lui aussi, plébisciter le smoking et les grands orchestres : le 12 mai 1960, à la télévision américaine, les téléspectateurs découvrent, médusés, Elvis en costume cintré chanter en duo avec Frank Sinatra : tandis que Frankie chante « love me tender » en roulant des épaules, Elvis lui donne la réplique sur « Witchcraft » !

Elvis, grand fan de Tom Jones…

Elvis était fasciné par le registre vocal et la puissance de Tom Jones. Dans la fin des années 60, leurs popularités respectives étaient en Amérique quasiment au même niveau. Elvis allait aux spectacles de Tom Jones à Las Vegas, à tel point que ses propres shows des années 70, prennent une étrange tournure, très « kitch », très proches des shows de variété internationale de Tom Jones…

Et Elvis chantait… «What now my love »

Elvis et Sammy Davis Junior

Bien qu’il était surnommé « The King », le plus « rocker » des Crooners n’était pas Elvis mais Sammy Davis Junior. Les deux se sont rencontrés sur le plateau du tournage du film d’Elvis intitulé « Loving You ». S’ensuivirent des promenades à moto et des soirées musicales improvisées…

« Elvis était le meilleur imitateur de Ray Charles que je connaisse, quand il se mettait au piano, c’était Ray Charles blanc ! » (Sammy Davis Junior)

Elvis et Sammy avaient un grand projet : incarner les deux héros d’un film de Stanley Kramer qui aurait dû s’intituler « The Defiant ones ». L’histoire de deux bagnards de couleur de peau différente qui s’évadent enchaînés l’un à l’autre et qui doivent apprendre à vivre ensemble… Le projet sera finalement avorté par une décision sans appel du manager d’Elvis : le redoutable Colonel Parker.

Elvis au cinéma

C’est justement ce colonel Parker que l’on retrouve incarné par Tom Hanks, dans le biopic « Elvis », réalisé par Baz Luhrmann, sur la vie d’Elvis Presley.

Qualifié de tyran à juste titre, le colonel Parker a exploité The King jusqu’à sa mort, le poussant à consommer toujours plus de médicaments (notamment des barbituriques). Cela permettait à Elvis d’être sur scène tous les jours pendant des semaines voir des mois (168 concerts sur la seule année 1973). Un film puissant, émouvant et authentique, retraçant la vraie vie du King dans ses détails, sorti le 22 juin 2022 au cinéma.

La fin de carrière tragique d’Elvis

Quand Elvis interprète « Always in my mind » en 1973, il pense à son épouse Priscillia : « Tu es toujours dans ma tête, peut-être que je n’ai pas toujours traitée aussi bien que j’aurais dû… Peut-être que je ne t’ai pas aimé aussi souvent que j’aurais pu… ». Une chanson interprétée à l’origine par la chanteuse Brenda Lee en 1972 et recevra un Grammy Award de chanson de l’année pour l’interprétation de Willie Nelson en 1982.

Le 14 janvier 1973, en direct depuis Honolulu, le King Elvis fait un grand concert évènement retransmis par satellite pour un milliard de téléspectateurs. Dans ce show, détesté par les puristes du rock, Elvis interprète avec une grande formation des standards repris par les Crooners et son copain Tom Jones : du célèbre « Something » des Beatles à la reprise de la chanson de Gilbert Bécaud « Et maintenant », sous le tire « What now my love ». Les intimes d’Elvis savaient que l’un de ses derniers plaisirs, en ce bas monde, était d’interpréter des balades et des gospel songs.

C’est après cette année 1973 que son état de santé se dégrade fortement et devient visible aux yeux du public. Il donnera sa dernière performance le 26 juin 1977 au market square arena d’Indianapolis, avant de décéder, deux mois plus tard, le 16 aout de la même année à Memphis dans sa salle de bain, conséquence tragique à ses nombreux problèmes de santé (glaucome, hypertension, problème de foie) générés par le surmenage et l’abus de médicaments.

elvis presley

Discographie

1956 : Elvis Presley
1956 : Elvis
1957 : Loving You
1957 : Elvis’ Christmas Album
1958 : King Creole
1959 : For LP Fans Only
1959 : A Date with Elvis
1960 : Elvis Is Back!
1960 : G.I. Blues
1960 : His Hand in Mine
1961 : Something for Everybody
1961 : Blue Hawaii
1962 : Pot Luck
1962 : Girls! Girls! Girls!
1963 : It Happened at the World’s Fair
1963 : Fun in Acapulco
1964 : Kissin’ Cousins
1964 : Roustabout
1965 : Girl Happy
1965 : Harum Scarum
1966 : Frankie and Johnny
1966 : Paradise, Hawaiian Style
1966 : Spinout
1967 : How Great Thou Art
1967 : Double Trouble
1967 : Clambake
1968 : Speedway
1969 : From Elvis in Memphis
1969 : From Memphis to Vegas / From Vegas to Memphis
1971 : Elvis Country (I’m 10,000 Years Old)
1971 : Love Letters from Elvis
1971 : Elvis Sings the Wonderful World of Christmas
1972 : Elvis Now
1972 : He Touched Me
1973 : Elvis
1973 : Raised on Rock
1974 : Good Times
1975 : Promised Land
1975 : Today
1976 : From Elvis Presley Boulevard, Memphis, Tennessee
1977 : Moody Blue

Articles associés

Aller en haut